gen_875.1.gif
Présentation Chiots à vendre (1) Chiots à vendre (2) Futures portées Anciennes portées Jeunes à vendre Adultes à placer Les mamans Les papas Retraitées Conditions générales Prix d'un chiot Poids/couleurs Mâle ou femelle ? Pedigree, pourquoi ? Attention arnaques Photos de clients Contact/adresse Plan de situation Mes liens e-mail me

Le prix d'un chiot Yorkshire-Terrier avec pedigree suisse SCS/FCI

Vous envisagez d’acheter un chiot Yorkshire-Terrier et vous avez envie, avec raison, qu’il ait un pedigree suisse SCS/FCI, vous contactez des éleveurs pour vous renseigner et bien sûr, à un moment donné, vous demandez le prix du chiot (qui est de CHF 2'500.-- pour un chiot avec pedigree suisse SCS/FCI)….

Et c’est souvent là que nous éleveurs sérieux entendons des réflexions du genre : c’est cher !!! Vous vous faites un maximum d’argent !!! J’en trouve un pour moitié prix dans les petites annonces !!! Ou encore… : Si je ne prends pas le pedigree, vous me faites 50 % de réduction sur le prix ? …. J’en passe et des meilleures….

Pourquoi un chiot avec pedigree suisse SCS/FCI est-il à ce prix ?

Il y a beaucoup de choses qui rentrent en compte dans le prix de vente d’un chiot avec pedigree suisse SCS/FCI, je vais essayer d’en faire une liste la plus complète possible….

Dans un premier temps, pour élever des chiots, il vous faut des reproducteurs :

Pour les femelles :
- soit vous faites l’acquisition d’un chiot et le laissez grandir, sachant que pendant au moins deux ans, il va manger, avoir besoin de soins vétérinaire, etc. …, cela a un coût, ce n’est pas gratuit pour l’éleveur;
- soit vous achetez une « lice », une chienne déjà adulte prête à être présentée en sélection d'élevage puis à reproduire, mais là les prix sont extrêmement élevés, jusqu’à CHF 5'000.--/CHF 6'000.-- voire même plus pour des lignées extrêmement prestigieuses.

Pour les mâles, il y a plusieurs solutions aussi :
- soit vous gardez un chiot de votre propre élevage, donc que vous élevez, nourrissez et soignez en sachant que tant qu’il n’a pas passé la sélection d’élevage, il n’a pas le droit de reproduire;
- soit vous achetez un chien adulte, mais là aussi cela coûte très cher;
- soit vous allez faire saillir vos chiennes en « extérieur », c’est-à-dire que vous n’avez pas le mâle à l’élevage, mais c'est très onéreux, de CHF 500.-- à CHF 1'500.-- la saillie, et là aussi on ne fait pas de cadeau à l'éleveur, il paye ! Se rajoute au prix de la saillie le coût du déplacement (et oui le mâle ne vient pas tout seul à l’élevage !), la plupart du temps l'étalon est à l’étranger, c’est le propriétaire de la femelle qui se déplace, parfois des nuitées à l’hôtel… donc à rajouter sur le coût de la production d’un chiot…

Donc vous avez le mâle et la femelle, c’est bien, mais cela ne suffit pas encore pour bien faire les choses….

Lorsque vos futurs reproducteurs ont au minimum douze mois, il faut leur faire passer un examen de dépistage de luxation de la rotule chez un vétérinaire agréé (examen qui doit être répété vers l’âge de trois ans pour un mâle et avant la troisième portée pour une femelle). Il existe quatre degrés de luxation de la rotule : 0, 1, 2 et 3. Seuls les chiens ayant le résultat 0 (= pas de luxation) ou 1 (= degré très faible de luxation, luxation uniquement possible par manipulation) peuvent par la suite être présentés en sélection d’élevage où ils seront examinés par un juge de beauté et un juge de caractère. Cet examen d’aptitude à l’élevage constitue un passage obligatoire pour que les chiots issus de ces géniteurs puissent obtenir un pedigree suisse SCS/FCI. Tous ces examens ont un prix et à cela s’ajoute à chaque fois des frais de déplacement, le vétérinaire habilité à faire le test de dépistage de la luxation de la rotule n’habitant pas le village d’à côté et les sélections d’élevage ayant lieu en Suisse alémanique pour le Yorkshire-Terrier...

Et si votre futur reproducteur a le malheur d’avoir un degré 2 (ou plus) de luxation de la rotule ou de rater l’examen de sélection d’élevage, vous avez perdu une année et demi voire deux ans, investi énormément d’argent pour rien et devez tout recommencer à zéro.

Donc supposons maintenant que vous ayez vos chiens, ils ont passé la sélection d’élevage, parfait, mais ce n'est pas encore fini….

Vous devez valoriser votre élevage en faisant des expositions, les inscriptions sont payantes, entre CHF 100.-- et CHF 150.-- l’inscription pour un chien en fonction de l’importance du concours (imaginez quand vous en présentez quatre ou cinq…), sans compter le déplacement, les concours ne sont pas toujours à côté de la maison, c’est souvent à plusieurs centaines de kilomètres (voire même beaucoup plus pour les expositions se déroulant à l’étranger) que l’éleveur fait pour « sortir » ses chiens comme on dit dans le milieu, plus des nuitées à l’hôtel si le concours est sur deux ou trois jours… et je vais vous dire un scoop, quand l’éleveur va dans une station essence, et bien il le paye son plein, de même quand il doit changer de voiture à cause des kilomètres parcourus….

De nos jours, il est indispensable de disposer d'une présence Internet attrayante pour pouvoir vendre ses chiots : la création, la maintenance, les mises à jour régulières et l'hébergement d'un site Web de qualité coûtent très cher, sans parler d'un référencement professionnel, qui lui est carrément hors de prix... La plupart des éleveur font également de la publicité dans des revues spécialisées pour promouvoir leur élevage. Souvent, ils mettent également des annonces payantes dans les quotidiens pour vendre leurs chiots, des chiots avec pedigree suisse SCS/FCI n'ayant rien à faire sur les sites peu sérieux de petites annonces.

Les éleveurs officiels de Yorkshires sont pour la plupart membres du Club Suisse des Chiens de Races Naines et de l'Association romande des éleveurs de chiens de race, ils doivent payer des cotisations à ce titre.

Bon, imaginons maintenant que vous ayez vos reproducteurs, ils ont passé la sélection d’élevage, vous procédez à la saillie de la chienne…

Vous rajoutez le suivi de la gestation de la mère chez le vétérinaire (échographie, radio), une alimentation adaptée, l’achat du matériel, comme une caisse de mise bas, une lampe pour chauffer le nid, etc. Pour tout ça, l’éleveur doit payer les factures, on ne lui donne pas gratuitement ce dont il a besoin.

Arrive la naissance, il faut être aux côtés de la chienne déjà plusieurs jours avant la date prévue de mise bas, ne plus la quitter des yeux, dormir sur un lit de camp à côté d'elle, quand tout se passe bien ça va, mais s’il y a des problèmes ou des complications, qu'est-ce qu'il faut faire ? Retourner d'urgence chez le vétérinaire bien sûr, pour faire une piqûre pour stimuler les contractions ou pour une césarienne par exemple, souvent cela se passe en pleine nuit, là encore l’éleveur paye, en plus au tarif d'urgence….

Si la chienne est trop faible ou n’a pas assez de lait pour nourrir ses petits, il faut l’aider, y passer beaucoup de temps, biberon toutes les deux heures, y compris la nuit…

Vient le temps du sevrage… ça mange les petits et pas n’importe quoi, encore un budget à prévoir, sans compter les vaccinations, les identifications, le vermifuge (tous les 15 jours depuis la naissance), etc.

Ajoutons encore le prix de l’électricité pour chauffer le nid ou faire tourner la machine à laver et le séchoir, de l’eau pour laver par terre plusieurs fois par jour la nurserie, les produits de nettoyage/lessive, des produits vétérinaires divers pour les soins quotidiens, des alèzes pour le nid, etc.

Sans compter le prix du contrôle d'élevage/de portée : en effet, une fois par année, lorsqu'une portée est présente dans l'élevage, un contrôleur du Club Suisse des Chiens de Races Naines vient vérifier si la portée est élevée conformément aux prescriptions d'élevage de la Société Cynologique Suisse et du club de race, cela aussi se paye..

Parfois, il faut aussi avoir recours à des inséminations artificielles lorsque l’accouplement naturel n’est pas possible ou que le mâle habite trop loin... Et chez le Yorkshire-Terrier, comme chez tous les chiens de races naines, les césariennes sont monnaie courante et le nombre de chiots est très réduit (entre un et quatre en général, trois constituant déjà une fort belle portée).

Venons-en à la « paperasse », les avis de saillie et de mise bas, tout cela prend beaucoup de temps et est bien sûr payant….

J’ajoute aussi le « service plus », si je puis m’exprimer ainsi. Vous avez un problème avec le chiot ? L’éleveur passe du temps à vous répondre, vous recevoir, vous conseiller, vous aider, etc.

J’ai oublié de compter là-dedans le temps que l’éleveur passe au travail, sept jours sur sept, 24 heures sur 24 durant les périodes de mise bas (et oui, les chiennes ne mettent pas bas aux heures de bureau …). Pas de week-ends de congé, jamais de vacances, comment partir avec dix chiens ou plus ? Conserver une meute de Yorkshire-Terriers en poils longs, ce sont, en plus du travail "normal" d'un éleveur dont je parlerai plus loin, d'innombrables heures passées à brosser et à baigner les chiens, au minimum une fois par semaine...Tout cela met souvent le tarif horaire de l’éleveur à moins de CHF 7.50….

Vous accepteriez vous de travailler sept jours sur sept sans vacances pour moins de CHF 7.50 de l’heure ? Certainement pas !!!

Un petit calcul rapide, prenons une portée de trois chiots, avec de la chance, vous pensez : 3 x CHF 2'500.-- = CHF 7'500.--… Oublions les charges, sachant qu’entre la saillie et la vente du chiot à l’âge légal minimum de 10 semaines, il se passe cinq mois, CHF 7'500.-- : 5 = CHF 1'500.-- brut par mois, il vous reste maintenant à déduire toutes les charges précédemment citées… Et oui…

Venons-en maintenant au travail "normal" de l'éleveur dont je parlais plus haut, il ne s'agit pas seulement de jouer avec les chiots et les adultes ou de les caresser, les tâches d'un éleveur sont souvent bien moins reluisantes voire carrément très ingrates, il s'agit avant tout de nettoyer du pipi et de ramasser des crottes, et cela plusieurs fois par jour. Car quand on vient visiter un élevage bien propre, on oublie parfois les heures de nettoyage que cela implique ainsi que la machine à laver et le séchoir qui tournent du matin au soir avec des factures d'électricité exorbitantes à la clé.... Parlons-en justement de cette machine à laver et du séchoir : à cause des poils, ces machines sont régulièrement en panne et il faut faire venir le dépanneur, service qui n'est hélas pas gratuit...

Autre chose importante à savoir : contrairement à ce qui se passe chez de nombreux pseudos-éleveurs privés qui font porter leurs chiennes deux fois par année, soit-disant juste pour le plaisir, en réalité leur seul but est de faire de l'argent en mariant n'importe quels chiens entre eux avec pour résultat de produire des chiens sans pedigree souvent très loin du standard et pleins de défauts et parfois aussi de tares génétiques, dans un élevage officiel produisant uniquement des chiots avec pedigree suisse SCS/FCI, une chienne n'a le droit de porter qu'une fois par année et le nombre total de portées est limité dans la vie de la chienne.

Voilà plus ou moins les grandes lignes qui déterminent le prix de vente d’un chiot Yorkshire-Terrier avec pedigree suisse SCS/FCI, alors vous trouvez ce prix toujours aussi scandaleux et exhorbitant ?

Pour ma part, je n’ai jamais discuté le prix d’un chiot car je sais le travail que représente une naissance ainsi que les coûts qu'implique un entretien correct des locaux/installations et des reproducteurs. Les frais vétérinaires sont très élevés en Suisse, les reproducteurs doivent être vaccinés chaque année, vermifugés quatre fois par année au minimum et leurs dents détartrées une fois par année dans la mesure du possible. A cela s'ajoutent les bobos quotidiens qu'il faut soigner et qui sont décuplés en présence d'un nombre important de chiens...

Quand vous discuterez de l’achat de votre futur chiot, gardez en mémoire que son prix est dû à un coût de production et non pas à une envie de l’éleveur de se faire un maximum d’argent pour mener la grande vie.

Bien sûr que l’on trouve dans les petites annonces des chiots sans pedigree ou avec pedigree étranger bien moins chers, mais comment sont-ils nés ou que sait-on de leurs géniteurs ? Posez-vous les bonnes questions, est-ce que les parents ont été dépistés pour ce qui a trait à la luxation de la rotule ? Bien sûr que non. Si vous avez un problème, est-ce que la personne répondra présente ? Est-ce que vous n’allez pas cautionner le trafic de chiens ? En plus, pour les chiots sans pedigree, aucune garantie n'est offerte à l'acheteur….

Quelques astuces pour acheter son chien :

Mieux vaut attendre un peu d’avoir les moyens de s’offrir le chien de ses rêves plutôt que d’acheter un chiot sans pedigree ou avec pedigree étranger au risque de rencontrer de gros problèmes par la suite, frais vétérinaire supplémentaires, par exemple opération du genou parce que les géniteurs n’ont pas subi d'examen de dépistage de luxation de la rotule, ce qui au final vous coûtera beaucoup plus cher qu’un chiot avec pedigree suisse SCS/FCI né dans un bon élevage régulièrement contrôlé. Un Yorkshire-Terrier peut facilement atteindre 15 voire même 18 ans, il vaut la peine d'investir un peu plus d'argent au départ pour avoir un chien de qualité, en bonne santé, au caractère équilibré, dont les origines sont connues et dont les parents ont subi tous les examens nécessaires pour être déclarés aptes à reproduire en Suisse.

Ne pas rester fixé sur une idée trop précise de son futur chiot, par exemple il arrive, malgré le travail rigoureux de sélection que nous effectuons, nous éleveurs sérieux, que nous ayons dans nos portées des chiens présentant de petits défauts sans importance pour un chien non destiné à la reproduction, un chiot légèrement prognathe ou un mâle monorchide par exemple, nous le plaçons en diminuant le prix du chiot, ce qui peut être une très bonne solution si l’on veut un chien de compagnie de bonne qualité à un prix légèrement inférieur.

Ne pas hésiter non plus à partir sur un chiot plus âgé, six ou sept mois ou un jeune adulte, souvent les éleveurs gardent des chiots sur leurs portées, une fois que le chien a grandi, s’il ne correspond pas entièrement aux attentes de l'éleveur pour la reproduction, ce dernier replace le chien, à un prix adapté, là encore une piste pour s’offrir un chien de bonne qualité... Si un éleveur ne garde pas un chien de 12 mois, cela ne veut pas dire que le chien est mauvais, mais qu’il ne correspond pas à ce que l’éleveur souhaite pour son programme d’élevage, par contre, il peut faire un chien de compagnie hors pair.

En conclusion :

Gardez en mémoire ce que vous venez de lire avant de dire à un éleveur passionné par son travail qu’il se fait un maximum d’argent sur le dos de ses chiennes.

On voit plus souvent des éleveurs sérieux avoir tout juste le minimum vital pour vivre que des éleveurs sérieux rouler en Porsche Cayenne…

J'espère que cela vous fera réfléchir ! A bon entendeur !

Nicole